Les contacts réguliers entre l'OFSPO, Swiss Olympic, la CRCS et l'ASSS ont permis d'apporter des réponses à vos questions. Cette page sera continuellement mise à jour.

Les réponses sont basées sur la situation au 1er mai (12h00). Elles restent valables au moins jusqu'au 6 juin 2020. Le 27 mai 2020, le Conseil fédéral décidera d'un éventuel nouvel assouplissement.

Un graphique de recommandations pour le comportement a adopté dans le domaine du sport a été développé par Swiss Olympic. Vous trouverez ce graphique à afficher dans les installations sportives en cliquant ici.

En principe, toute personne qui pratique un sport en dehors des installations sportives publiques et hors club peut le faire librement. Les exigences de l'OFSPO restent néanmoins applicables : distance sociale, hygiène et interdiction de rassemblement.

Pour de plus amples informations ou pour toute question sur les installations sportives, le secrétariat général de l'ASSS se tient en tout temps à votre disposition. Vous pouvez nous contacter à l'adresse : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Liens utiles:

 

FAQ :

 

PROCESSUS POUR LES CLUBS ET LES ASSOCIATIONS SPORTIVES :

 

a) Comment un club doit-il procéder pour pouvoir reprendre les entraînements le 11 mai 2020 ?

Dans un premier temps, les clubs doivent contacter leur fédération sportive et prendre connaissance du concept de protection émise par cette dernière est disponible sur le site Internet de Swiss Olympic. Sur la base du concept de protection de la fédération sportive correspondante, le club doit élaborer son propre concept de protection. Après avoir élaborer ce concept, le club prendra contact avec sa commune, le cas échéant, afin d'ajuster son concept. Ceci n'est en principe possible qu'à partir du 5 mai prochain. A noter qu'il est possible que la commune/ville ait choisi une autre approche et qu'elle invite les clubs à suivre une procédure différente.

 

b) Où puis-je trouver les concepts de protection des installations sportives de ma commune/ville ?

Les communes et les villes sont actuellement entrain d'élaborer les concepts de protections de leurs installations sportives. Ces documents seront mis à la disposition des utilisateurs-trices des installations sportives au moyen des sites Internet des administrations communales. L'ASSS mettra également à disposition du public des exemples pratiques accessibles sur ce lien. Tant que votre commune n'a pas édité sur son site Internet les concepts de protection de ses installations sportives, nous vous invitons à patienter et à ne pas prendre contact avec elle. Vous pouvez dans l'intervalle élaborer le concept de votre club/association qui devra ensuite être ajuster au concept de votre commune/ville.

 

 

PISCINES  

 

a) La Confédération a informé que les piscines devraient vraisemblablement ouvrir le 8 juin 2020. Les piscines pourront-elles néanmoins ouvrir le 11 mai 2020 pour les entraînements ?

En principe, les piscines restent toujours fermées. Elles peuvent être ouvertes pour les entraînements des sportifs individuels ainsi que pour les clubs sportifs. L’accès ne doit cependant pas se limiter aux athlètes de haut niveau et à l'entraînement des clubs. En principe, tout le monde est autorisé à entrer dans la piscine, mais seulement pour nager ou faire de l'aqua-jogging. Les zones de repos doivent rester fermées. Après l'entraînement, il faut à nouveau quitter la piscine. L'exploitant de l'installation veillera pour sa part à ce que les règles relatives à la distance sociale et toutes autres réglementations soient respectées. In fine, c'est l'exploitant de l'installation sportive qui décide de la réouverture des installations en fonction de ses ressources.

 

b) Pour le Confédération, qui vérifie et admet le concept de protection de la VHF et de l'APRT (associations faîtières des piscines) ? Qui admet en dernier lieu les concepts de protection pour les villes et les communes ?

Les concepts de protection ne devront pas être admis. Il appartient aux villes et aux communes de décider si le guide des bonnes pratiques de l'APRT (en italien ici) ou le concept de protection de la VHF sont suffisants pour elles ou si elles souhaitent faire des adaptations.

 

c) Qu'elle soit dotée de son propre concept de protection ou de celui de la VHF/APRT, chaque piscine doit-elle obligatoirement obtenir l'approbation de sa commune/ville pour pouvoir ouvrir ?

Chaque exploitant d'installation doit disposer d'un concept de protection avant l'ouverture. Il n'a pas besoin d'autorisation pour cela - sauf s'il existe des autorisations d'exploitation cantonales ou communales pour une installation donnée. Les autorités compétentes peuvent ensuite vérifier si le concept est suffisant. On peut supposer qu'un concept basé sur le guide des bonnes pratiques de l'APRT ou sur le concept de protection de la VHF devrait généralement être suffisant. site de l'APRT / site de la VHF

 

d) Est-il nécessaire de tenir un registre (traçabilité) pour les nageurs individuels dans les piscines ?

Non. Les nageurs individuels ne sont pas obligés d'être répertoriés. En effet, les concepts de protections garantissent que les sportifs individuels ne se rencontrent à aucun moment pendant plus de 15 minutes avec une distance inférieure à 2 mètres.

 

 

CONCEPT DE PROTECTION POUR INSTALLATIONS SPORTIVES

 

a) Qui doit avoir un concept de protection?

Tous les organisateurs d'activités sportives doivent élaborer un concept de protection : sans concept de protection, pas d'activité sportive ! Il en va de même pour chaque exploitants d'installations, s'il souhaite pouvoir ouvrir à nouveau ses installations. Les autorités cantonales sont responsables de l'exécution et peuvent également ordonner la fermeture des installations sportives. Important : Un concept de protection ne donne pas nécessairement droit à l'utilisation d'une installation sportive : en dernier ressort, c'est à l'exploitant de décider s'il veut ouvrir son installation et dans quelle mesure. Nous invitons donc les associations et les clubs à prendre contact avec les exploitants et à coopérer avec eux.

 

b) Une commune gère, par exemple, 20 salles de sport dans 10 bâtiments scolaires, une vingtaine de terrains de sport en plein air et une installation d'athlétisme. Est-il désormais nécessaire d'élaborer des concepts de protection généraux pour CHAQUE infrastructure et terrain de sport de plein air ?

Oui. Cependant, il est suffisant pour une ville ou une commune d'élaborer un concept de protection par type d'installation. Dès le 5 mai, l'ASSS mettra des exemples pratiques à télécharger sur son site internet.

 

c) L'article 6.5 du règlement COVID-19 n°2 stipule que les exploitants d'installations doivent élaborer et mettre en œuvre un concept de protection conformément à l'article 6a. Qui approuve ces concepts ? Est-il exact que trois concepts de protection sont désormais requis pour que les entraînements soient autorisés (exploitant, fédération, le club) ?

L'organisateur d'une activité sportive ainsi que les exploitants d'installations sportives doivent émettre chacun un concept de protection. La fédération sportive élabore un concept cadre comme modèle pour les clubs.

 

d) Qui approuve les différents concepts (l'exploitant, la fédération, le club) ?

Les concepts ne sont pas approuvés. Pour les fédérations sportives qui souhaitent reprendre leurs activités sportives, l'élaboration de concept cadre général est obligatoire. Chaque concept est alors admis par l'OFSPO ainsi que par l'OFSP. Il est ensuite diffusé par Swiss Olympic sur son site Internet. Les concepts sont également mis à la disposition du public sur le site Internet du SECO.

En résumé:
- Les concepts de protection des fédérations nationales pour chaque discipline sportive seront soumis à l'OFSP et l'OFSPO.
- Les concepts de protection des clubs seront ajustés aux directives des différentes disciplines sportives. Ils ne devront pas être validés. 
- Les concepts de protection des infrastructures sportives relèvent de la responsabilité des communes/villes et ne doivent pas être soumis aux cantons. Chaque canton décide s'il veut effectuer des contrôles et, le cas échéant, de quelle manière.

 

e) En dehors des règles "groupe de 5 personnes maximum", "distance sociale" et des recommandations de l'OFSP, existe-t-il d'autres prescriptions relatives au contenu des concepts des installations sportives (par exemple, en ce qui concerne la manipulation des équipements, du matériel ou de leur désinfection) ?

Il n'existe pas de directives fédérales en matière de contenu. Toutefois, s’ils le souhaitent les cantons ou les communes peuvent édicter des directives correspondantes. D'un point de vue épidémiologique, il semble raisonnable qu'une personne utilise toujours le même équipement pendant une session d'entraînement et le nettoie à la fin.

 

f) Quels sont les concepts prioritaires ? Existe-t-il une hiérarchie entre les concepts de protection ?

Les concepts des fédérations sportives sont contrôlés pour vérifier qu’ils soient plausibles. Ils ne sont pas approuvés. Du point de vue de l'OFSP et de l'OFSPO, ceux-ci ne devraient pas être en contradiction avec un concept d'installation sportive. Un certain pragmatisme dans l'application est nécessaire. Il n'y a pas de hiérarchie entre les concepts de protection.

 

g) Existe-t-il pour chaque discipline sportive des directives claires quant aux personnes qui seront désormais affectées aux sports d’élite ou aux sports des ligues professionnelles ?

En concertation avec l'Office fédéral du sport OFSPO, Swiss Olympic a défini les groupes suivants (hommes et femmes) comme appartenant au sport d’élite et de compétition : tous les membres des cadres nationaux, toutes les joueuses et tous les joueurs des ligues supérieures (LNA). Dans le football masculin et dans le hockey sur glace masculin, les joueurs des deuxièmes plus hautes ligues également. Les détentrices et détenteurs d’une Swiss Olympic Card des catégories : Or, Argent, Bronze, Elite et Talent National.

 

h) Comment savoir quand un concept de protection pour une discipline sportive est mis à jour ?

Les concepts de protection sont publiés sur le site web de Swiss Olympic. Si des changements devaient intervenir le 8 juin, Swiss Olympic demandera à ses membres de soumettre des concepts actualisés.

 

i) Quelle est la taille des groupes lors des entraînements des équipes du sport d'élite ? Toute l'équipe peut-elle s'entraîner ? Cela dépend-il de la taille de l'installation sportive ?

En principe, le sport d'élite doit s’entraîner en petits groupes de 5 personnes maximum ou en équipe de compétition (avec la même composition). Les sportives et sportifs des équipes axées principalement sur le sport professionnel peuvent s'entraîner au sein de leur équipe. Toutefois, les concepts de protection doivent en tenir compte.

 

j) Quelle est la réglementation qui est prioritaire "groupe de 5 personnes maximum" ou "10m2 par participant" ? Est-ce que plusieurs groupes de 5 personnes peuvent faire du sport dans une salle de gym si le nombre total des personnes au m2 est respecté ?

La règle des groupes de 5 personnes figure dans l’ordonnance : elle est obligatoire. Le fait qu'il doit y avoir 10 m2 par personne tient compte du fait que plusieurs groupes de 5 personnes peuvent s'entraîner sur une installation plus grande.

 

k) La règle "groupe de 5 personnes maximum" est-elle également valable dans les centres régionaux de performance ?

Oui.

 

l) Est-ce que les infrastructures d'athlétisme sont à nouveau ouvertes à toute et à tous, si les règles "groupe de 5 personnes maximum", "distance sociale" et les autres recommandations de l'OFSP sont observées et respectées ?

Oui, pour autant que l'exploitant de l'infrastructure sportive a élaboré un concept de protection et que l'infrastructure sportive est ouverte.

 

m) Est-ce qu'à partir du 11 mai prochain les entraînements d'athlétisme peuvent reprendre pour tous les types de sportives et de sportifs (sportifs-ves individuels-les, club, sport populaire, sport d'élite, etc.) ?

Le sport populaire est possible dans le respect des directives supérieures. Chaque clubs doit avoir mis en place un concept de protection. Les sportives et sportifs individuels-les sont autorisés à utiliser les infrastructures, à condition que l'exploitant de l'infrastructure le permette et que ladite infrastructure soit au bénéfice d'un concept de protection. La reprise du sport doit en tous les cas se conformer à la règle "groupe de 5 maximum", "distance sociale" et aux autres recommandations de l'OFSP en matière d'hygiène notamment.

 

n) Est-il exact que les salles d'escalade, les salles de bloc, les skate-parcs, les dojos, les centres de yoga, les studios de danse, les parcs de fitness en plein air (street workout), les exercices de rue, etc. soient renvoyés à leur fédération ? Existe-t-il une catégorisation claire des installations rattachées au sport ou aux loisirs ?

Les installations de loisirs peuvent être ouvertes si elles sont nécessaires à la pratique d'activités sportives. Les concepts de protection sont une condition préalable. Le terme "sport" est compris au sens large. Toutefois, il appartient en dernier ressort à chaque exploitant d'installation de décider s'il souhaite ouvrir son installation en suivant le concept de protection.

 

o) Qu’advient-il des utilisatrices et utilisateurs qui pratique leur sport sous l’égide d’une association faîtière qui n'est pas membre de Swiss Olympic ? Ces utilisatrices et utilisateurs sont-il autorisé-e-s à s’entraîner ? Doivent-elles ou doivent-ils élaborer un concept de protection ?

Ces utilisateurs-trices sont également autorisé-e-s à faire du sport. Dans le cas ou le sport est pratiqué de manière organisée, un concept de protection basé sur un sport comparable est obligatoire. Dans tous les cas, toutes les utilisatrices et tous les utilisateurs doivent impérativement respecter le concept de protection de l'installation et les règles "groupe de 5 personnes maximum", de la distance sociale ainsi que les directives de l'OFSP en matière d'hygiène notamment. En ce qui concerne le sport populaire, aucune distinction n'est faite entre le sport dit non organisé ou le sport organisé au sein d'une fédération reconnue par Swiss Olympic.

 

p) Que doit faire un centre de fitness ? Où doit s'annoncer un professeur de yoga ?

Les centres de fitness, qui sont en principe interdits d’ouverture par l'ordonnance, peuvent cependant ouvrir parce qu'ils relèvent du domaine du sport. Cette décision a été convenue avec l'OFSP. Les centres de fitness sont généralement interdits par l'ordonnance, mais ils sont autorisés à ouvrir parce que le fitness est aussi un sport - cette décision a été convenue avec l'OFSP. Les centres de fitness et les prestataires de services de yoga ont besoin de concepts de protection : Les concepts de protection doivent couvrir à la fois l'activité sportive et l'installation sportive. Ces concepts peuvent également coïncider si, par exemple, le propriétaire d'un studio de yoga est également le locataire des locaux. L'activité sportive ne peut avoir lieu qu'en petits groupes de 5 personnes maximum, sans contact physique et dans le respect des règles d'hygiène et de distance selon les recommandations de l'OFSP. Dans la mesure où les conditions d'espace le permettent, plusieurs groupes sont également possibles. Lien vers le concept de protection pour centres fitness et d'entrainement (uniquement en allemand) et lien vers le concept de protection de IG Fitness Schweiz (uniquement en allemand).

 

q) Nombre de groupes de 5 personnes dans les salles de sports : Qui détermine le nombre de groupes ? Que se passe-t-il lorsque les cloisons amovibles d’une salle triple sont fermées/descendues (3x1 salle = 6 groupes) ?

En principe, le nombre de groupes de 5 personnes est précisé dans le concept de protection des associations ou des clubs. Toutefois, la municipalité / ville est libre de déterminer le nombre de groupes de 5 personnes par type d’infrastructure sportive. Si les cloisons amovibles d'une salle triple sont en descendus/fermés, il est possible de faire le calcul suivant 3x1 salle = 6 groupes ! Cela est possible pour autant que les mesures de protection de l'infrastructure et de la fédération sportive / du club sportif sont respectées (hygiène, distanciation sociale, etc.).

 

r) Les vestiaires et les douches doivent-elles toujours être fermées ?

De nombreux concepts de protection de fédérations / clubs stipulent que les vestiaires et les douches doivent être fermés. Toutefois, ils ne doivent PAS nécessairement rester fermés, si l'exploitant décide d'y autoriser l'accès. Important : les règles d'hygiène, la distance, etc. doivent être respectées ! La fermeture des vestiaires et des douches a été recommandée par la Confédération, car la distance sociale n'y est pas facile à contrôler. En recommandant la fermeture des vestiaires et des douches, l'objectif était de permettre une ouverture plus facile et plus rapide pour les exploitants d'installations sportives.

 

s) Quand est-il des installations sportives privées (badminton, judo, etc.)? Devons-nous valider quelque chose au niveau de la ville / commune ?

Non. Les concepts de protection des différentes disciplines sportives sont vérifiés par l'OFSPO /l'OFSP et sont publiés sur la page d'accueil de Swiss Olympic. Dès qu'ils sont publiés, chaque club et chaque exploitant d'infrastructure (privé ou public) doit élaborer son propre concept de protection. Ces concepts de protection ne sont validés nulle part, sauf si le canton ou la commune l'exige. Les cantons sont chargés de contrôler le respect des concepts de protection.

 

SPORT SCOLAIRE 

 

a) Qui réglemente le sport scolaire facultatif ?

Le sport scolaire relève de la compétence des cantons. Ces derniers sont responsables des réglementations.

 

L'Association Suisse des Services des Sports (ASSS) est l’association faîtière des services des sports et des exploitants d’installations sportives. Deux sections la composent: celle de Suisse allemande et celle de Suisse romande/Tessin. Les Services des sports des grandes villes et de la plupart des grandes communes sont membres de ces sections.

 
Hébergé par Infomaniak Network
 
Développé par
 
Lausanne, Capitale olympique